Coucher le premier soir quand on est une femme, tout en restant soi-même

On a beau être en 2020 et promouvoir le féminisme depuis la seconde partie du XIXème siècle, pour autant l’idée qu’une femme ne devrait jamais coucher le premier soir reste encore une injonction dans bien des esprits. Même dans l’esprit de la femme elle-même, car la manipulation mentale qu’elle subit est si puissante que bon nombre d’entre elles ne sont, parfois, même pas conscientes de leurs besoins physiques et émotionnels. Et parmi celles qui en sont conscientes, pour certaines, les peurs et la culpabilité qui les envahis les empêche souvent de s’autoriser librement à répondre à leurs besoins de plaisir et de jouissance charnelle sans avoir l’impression de transgresser une règle punissable.

Car en effet, nous le savons tous, dans notre société, la règle du « il ne faut pas coucher le premier soir » ne s’applique qu’aux femmes ! L’homme a, quant à lui, la totale liberté de répondre à ses désirs sexuels comme bon lui semble sans courir le risque d’être fustigé sur la place publique comme l’est la femme, encore de nos jours.

J’aimerais que cet article offre à toutes les femmes qui le liront, le cadeau de se libérer une bonne fois pour toutes de leur culpabilité, consciente ou inconsciente, et de s’autoriser à être qui elles ont envie d’être, quitte à choquer les esprits, car je suis d’avis qu’il est grand temps que les esprits s’éveillent !

Que chaque femme apprenne à identifier et à répondre à ses besoins physiques et émotionnels, à se donner le droit de jouir librement de tous ses sens corporels, afin de s’autoriser à vivre la sexualité épanouie qu’elle désire.

AIMEZ ET ACCEPTEZ VOTRE SEXUALITÉ

Il va sans dire qu’avant de s’autoriser à vivre une sexualité épanouie, il est d’abord nécessaire de prendre conscience de Soi authentiquement avec une honnêteté absolue.

Vous êtes venue à la Vie pour être une Femme libre, et vous devez apprendre à identifier vos besoins en ce qui concerne votre sexualité. Si vous avez envie d’avoir une sexualité épanouie et que vous n’y êtes pas encore parvenue, vous devez chercher et trouver les obstacles qui vous ont empêché d’y accéder jusqu’à présent. Énumérez et couchez sur papier toutes vos peurs au fur et à mesure que vous les conscientisez, car tant que vous chercherez à les fuir, non seulement ça ne les fera pas disparaître de votre vie, mais en plus elles ne feront que prendre davantage d’ampleur.

                    Vous ne pourrez pas identifier vos besoins et les honorer sans tenir             compte de vos peurs. Derrière toute peur se cache un désir  d’accomplissement !

Vos peurs concernant votre sexualité peuvent être aussi nombreuses que variées. Voici un petit échantillon des peurs que peut avoir une Femme qui a envie de coucher le premier soir ou dans un court délai après la rencontre :

  • Peur d’être prise pour une fille légère dans le meilleur des cas, ou pour une traînée dans le pire des cas = peur d’avoir mauvaise réputation
  • Peur que son entourage / famille soit au courant de sa mauvaise réputation et la juge et la rejette
  • Si elle a mauvaise réputation, peur de ne jamais rencontrer un partenaire qui ait envie de s’engager avec elle
  • Peur de se faire avoir par le partenaire s’il la quitte aussitôt après leur première nuit d’amour
  • Si le partenaire la quitte, peur de passer à côté d’une belle histoire d’amour
  • Toujours si le partenaire la quitte, peur de tomber amoureuse et de souffrir
  • Peur de se sentir coupable au risque de ne plus s’autoriser par la suite à écouter ses envies sexuelles qu’elle devra réprimer
  • …etc. … je vous invite à compléter cette liste par vous-même

Si vous avez une ou plusieurs de ces peurs, elles viennent clairement vous révéler que vous ne vous autorisez pas à accepter et à aimer votre sexualité. Vous vous sentez coupable. Mais après tout, avec l’éducation que vous avez reçue, qu’espériez-vous ?  Nous nous construisons tous à partir des bases qui nous été inculquées dès notre enfance. C’est donc par là qu’il faut commencer un travail d’introspection sur soi, afin d’identifier les blocages qui vous nuisent. Car vous récoltez toujours ce que vous semez avec vos pensées. Vos peurs ne sont rien d’autre que le résultat de vos pensées (c’est la manière dont vous interprétez les choses). Vos pensées récurrentes deviennent des croyances auxquelles vous adhérez. Et votre vie est toujours le résultat de vos croyances.

Il vous sera nécessaire de faire un travail d’analyse vous permettant de découvrir l’origine de ces croyances autosabotantes, afin de vous en libérer, pour vous autoriser totalement à jouir de votre sexualité.

L’objectif est de prendre conscience des besoins de votre corps, les ressentir en conscience, apprendre à connaître, à apprécier et à aimer votre corps physique, mais aussi votre corps émotionnel (aimer et accepter le désir que vous ressentez), pour vous donner le droit d’avoir du désir et de jouir de vos sens sans vous sentir coupable.

Cette prise de conscience doit vous permettre de réaliser que vos désirs sexuels sont naturels et légitimes, qu’ils sont un cadeau divin que vous avez reçu de la vie et que par conséquent, vous empêcher d’aimer votre sexualité revient à rejeter et à condamner ce cadeau de la vie et la féminité divine en vous.

Rejeter votre sexualité revient à rejeter la Femme en vous !

Voilà pourquoi il est essentiel d’aimer et d’accepter votre sexualité du plus profond de vôtre Être.

De plus, lorsque vous aurez appris à aimer et à accepter votre sexualité vos peurs se dissoudront progressivement pour laisser place à des relations saines, épanouissantes et respectueuses de la Femme que vous êtes au plus profond de vous-même.

LIBÉREZ-VOUS DE LA PRESSION SOCIÉTALE

Une fois que vous vous êtes enfin autorisée à être une Femme qui aime et accepte sa sexualité, et qui par conséquent a bien l’intention d’avoir une sexualité épanouie quand ça lui chante, et avec qui ça lui chante, il vous sera indispensable d’apprendre à vous libérer de la pression du regard des autres, du qu’en dira-t-on et des jugements.

C’est seulement ainsi que vous pourrez être à l’écoute de vos véritables besoins, plutôt que de laisser vos peurs diriger votre vie.

Vos peurs, lorsque vous en prendrez conscience, doivent être le moteur qui vous pousse à identifier vos besoins et qui vous motive à les honorer. Mais sachez que vos peurs ne viennent jamais véritablement de vous. Si vous aviez appris à vous écouter profondément, vous constateriez qu’il n’y a pas de peurs en vous, il n’y a que de l’amour. Vos peurs viennent de l’extérieur de vous. Elles viennent de l’importance mentale que vous avez accordé à certains discours que vous avez entendus, mais qui n’étaient pas votre propre expérience à la base. Elles viennent aussi de l’interprétation erronée que vous avez accordée à certaines situations ou circonstances de la vie.  Elles viennent du pouvoir que vous donnez à la société, et de l’importance que vous accordez à ce que pense votre entourage, selon l’idée que vous vous en faites.

Cela peut être votre famille, certains membres en particulier. Cela peut être également vos amis, vos ex, des collègues de travail, des gens que vous ne connaissez même pas, et pire ! Cela peut être votre partenaire lui-même ! Absolument ! Vous vous créez une sacrée pression à propos du regard de votre partenaire si vous avez envie de coucher avec lui dans les premiers jours de votre rencontre ! Car vous ne voulez déjà pas courir le risque de lui déplaire.

 Si vous laissez tout ce beau monde avoir de l’emprise sur vous, vous ne serez jamais libre, ni dans votre tête, ni dans votre cœur !  

Prenez conscience que c’est vous-même qui leur attribuez le pouvoir d’avoir de l’emprise sur vous. Vous en êtes responsable (à ne pas confondre avec coupable) ! Certaines de ces personnes ne sont même pas au courant que vous leur attribuez ce pouvoir, et elles n’en veulent même pas ! C’est vous qui vous créez vous-même ces circonstances pour vous auto saboter dans vos relations. Bien sûr, vous ne le faites pas consciemment, ni volontairement, mais quelque part vous les provoquez malgré vous, car vous trouvez un bénéfice caché à utiliser vos blocages sexuels pour auto saboter vos relations.

Alors libérez-vous de la pression que vous vous créez vous-même en attribuant du pouvoir aux autres.

Pour y parvenir, commencez par vous demander honnêtement ce que vous êtes en capacité d’assumer maintenant dans votre vie sexuelle en rapport avec ces relations, et autorisez-vous à le vivre. Pour ce que vous n’êtes pas capable d’assumer, lâchez prise, et soyez douce avec vous-même en vous accordant le temps nécessaire pour y parvenir. N’oubliez pas que tout est temporaire dans la vie. Un jour viendra où vous serez prête et vous n’autoriserez plus qu’on ait de l’emprise sur vous.

NE CONFONDEZ PAS SEXE ET AMOUR

Beaucoup de femmes confondent sexe et amour, parce que cela fait tout simplement partie de l’éducation qui a souvent été transmise à la femme de génération en génération.

En effet, ces femmes ont appris à voir l’acte sexuel comme une symbolique de leur sentiments et d’engagement dans la relation, et elles croient que la réciprocité de la part du partenaire masculin doit être également une évidence. L’homme n’ayant absolument pas la même perception de l’acte sexuel en début de relation, n’a donc pas la même attitude et n’y accorde pas la même importance que la femme.

En réalité il y a là une déformation de la réalité chez la femme, qui s’emballe souvent très vite dès le début de la relation, dans le sens où elle confond également son attirance pour le partenaire avec des sentiments d’amour.

Ce genre de situation concerne particulière la femme qui a un degré de dépendance affective élevé et qui cherche à tout prix à se caser dans une relation qui lui procure la sensation de sécurité affective.

Ces femmes ne sont pas conscientes qu’à ce stade de la relation, même lorsqu’il y a une grande attirance physique et émotionnelle, on ne peut pas assimiler une telle attirance, aussi puissante soient-elle, à de l’amour.

L’amour, lorsqu’il y en a réellement au sein de la relation, se vérifie surtout lorsque la phase fusionnelle commence à s’estomper, car le sentiment d’amour prend du temps pour s’installer entre deux êtres et pour se construire au fil de la relation. Je parle ici d’amour vrai, pas de l’amour illusoire voilé par un filtre qui empêche la personne d’être consciente de ses sentiments réels.

L’amour vrai c’est aimer une personne pour qui elle est réellement, sans chercher à la changer. Il ne faut pas confondre aimer une personne et aimer l’idée illusoire que cette personne puisse devenir ce que nous voulons qu’elle soit.

Ainsi, certaines femmes se forcent à coucher dès les premiers jours de la relation alors qu’elles n’en ont pas envie, mais elles le font avec la conviction que c’est la solution pour que le partenaire ne leur échappe pas. Elles sont persuadées que c’est de cette manière qu’elles parviendront à retenir et à posséder l’élu de leur cœur. Elles ne réalisent pas que ce qui les motive à poser un tel acte, c’est la peur de perdre le partenaire. Et comme on récolte toujours ce que l’on sème avec ses pensées, elles récoltent évidemment l’objet de leur peur, car elles le provoquent malgré elles avec leur vibration intérieure.

 

 Le sexe ne doit pas être un instrument de manipulation.

 

La seule et unique raison pour laquelle une femme devrait s’autoriser à coucher le premier soir ou dans les premiers jours de la relation, c’est parce qu’elle désire véritablement répondre à ses besoins charnels légitimes avec le partenaire en question. Et elle doit apprendre à dissocier cet acte de plaisir partagé pour le vivre et le savourer totalement dans l’instant présent, du fait qu’elle souhaite s’installer dans une relation durable et stable.

Il n’y a rien de mal à désirer s’installer dans une relation de couple durable et stable, mais il n’est nullement bénéfique d’utiliser le sexe pour parvenir à une telle fin.

En conclusion, si vous êtes une femme et que vous décidez de coucher le premier soir, ou dans les premiers jours de la relation, soyez consciente de le faire en étant en total accord avec vos désirs et vos besoins physiques et émotionnels, et non parce que vous vous laissez manipuler par une ou plusieurs de vos peurs.

Donnez-vous le droit de faire l’amour avec un partenaire choisi délibérément qui vous plaît réellement, et donnez-vous le droit de le faire au moment où vous en ressentez l’envie profonde, et de laisser tous vos sens vibrer le plaisir charnel qui vous habite.  Cela s’appelle : s’autoriser à faire l’amour par amour pour Soi.

L’acte sexuel doit vous permettre de laisser jaillir votre féminité divine, et par conséquent de contribuer avec les autres domaines de votre vie à faire de vous une Femme épanouie. 

1 réponse
  1. Escrignac-Régent
    Escrignac-Régent dit :

    Je suis tout à fait d’accord avec l’idée que la femme est mal vue quand elle s’octroie le plaisir d’avoir plusieurs partenaires alors que l’homme n’a pas de surnom comme ‘homme facile’ ou de traîné. Le but étant de se découvrir et d’avoir du plaisir dans une sexualité libre et responsable. C jouissif de se sentir désirable !

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez gratuitement mes conseils pour vivre une relation épanouie